Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 00:00
Rien à dire…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Quoique, en y réfléchissant bien je crois que je suis capable de trouver quelque chose à vous relater en ce 24 Novembre 2006.
 
Ce journal s'arrête aujourd'hui.
 
Je sais que c'est dur, mais non, s'il vous plait, ne pleurez pas. Non, je vous en conjure, cessez vos lamentations et vos sanglots, je ne fléchirai pas.
L'annonce est abrupte, je le concède, mais vous savez comme moi que c'est mieux ainsi, des semaines de tergiversation et d'atermoiement n'auraient fait qu'envenimer notre relation.
Mais ce n'est pas de votre faute, je vous l'assure. C'est de moi que ça vient, uniquement de moi.
Je crois que le mieux est que nous nous quittions en adultes, sereinement. Je sais que vous trouverez un autre journal, bien mieux que le mien, plus compréhensif, plus mature, plus à l'écoute et qui, lui, saura vous estimer à votre juste valeur.
Adieu maintenant, je me souviendrai de vous toute ma vie…
 
 
 
 
Voilà, ça, c'est fait.
 
 
 
 
Pour les curieux je m'en vais raconter la genèse de ce journal singulier.
 
Ceux qui sont arrivés ici par hasard et qui n'ont cure de mes histoires, je sens que c'est la majorité, peuvent passer leur chemin et aller s'instruire , où ils pourront faire une magnifique balade linguistique. Le Littré est la source de la plupart des mots rares et inusités en titre de ces pages.
Sinon ils peuvent aller se servir un verre de whiskey, mettre un disque de punk-baroque-darkmusette dans le lecteur et lire quelques pages de Robert M. Pirsig, de Kierkegaard ou de Tronçonneuse Mag, par exemple.
Cela vaudra toujours mieux que de s'esquinter les mirettes sur l'ordinateur. Sortez, que diable! Vous n'avez pas de vie?
 
Trèves de billevesées, voici l'histoire tant attendue par au moins deux lecteurs.
 
Cela fait pile un an que j'ai ouvert ce journal en ligne afin d'y raconter mes rocambolesques aventures quotidiennes, de dire, de hurler à la terre entière toutes les choses passionnantes qui se passent dans ma vie tumultueuse.
 
En fait j'étais voilà un an atterré par la mode des blogs, pris d'une sorte de consternation fascinée, ou de fascination consternée, face à ces millions de pages où les gens ne racontent… rien.
 
Ce rien me fascinait, et me fascine toujours. Je ne dis bien sûr pas que tous les blogs sont vides, nous avons par exemple non loin les superbes journaux de Boutiali, Mame de Keravel ou Pouet Pouet. Mais que la plupart ne présentent rien qui ne soit autre qu'un nombril même pas joli.
 
Et du coup, ni une ni deux, un petit tour sur Overblog, pris un peu au hasard, mais qui a l'avantage de ne pas imposer de publicité, et c'est fait: moi aussi j'ai mon blog personnel à moi tout seul où je ne raconte rien.
 
Je sais, c'est un peu pathétique et puéril. Mais je ris de peu.
L'idée était de plus hautement ludique.
Je n'ai dans un premier temps parlé de ce journal nulle part, à aucun ami, collègue ou parentèle, j'étais le seul au courant, et j'allais juste voir régulièrement les statistiques. J'attendais de voir si quelqu'un viendrait "lire" mon épopée.
Les premiers visiteurs sont arrivés au bout de quelques jours, puis ils se multiplièrent.
Et de façon incroyable je constatai chaque jour des visites de plus en plus nombreuses. Puis des commentaires, puis plein de commentaires.
Et la plupart de ces commentaires étaient amusants, subtils, plein d'érudition et d'incongruité, d'humour et de curiosité. Je me suis pris moi aussi au jeu des réponses à ces commentaires et les visiteurs ont suivi.
Du coup ce journal est devenu certains jours un espace dadaïste et non-sens des plus plaisants, une taz surréaliste et loufoque. J'ai beaucoup ri à lire certains échanges d'habitués, je me suis régalé à suivre des liens ou à découvrir des pages saugrenues. Je me suis creusé la tête pour répondre des bêtises à des messages des plus sérieux, et j'ai aimé ça.
Je vous en remercie.
 
Je vous ai parlé de mon étonnement à lire les statistiques de visite de ce journal.
Pour information, et pour qui ça intéresse, voici quelques chiffres:
Il y a eu à ce jour, en un an, près de 88000 pages vues pour plus de 21000 visiteurs et aux alentours de 850 commentaires. Je n'en reviens toujours pas.
Ce n'est pas grand chose en même temps, mais bien plus que ce à quoi je m'attendais.
A savoir que beaucoup de ces visiteurs sont vraiment arrivés ici par hasard. Et la présence de ces voyageurs est uniquement liée à la rareté des mots mis en titres quotidiens.
En effet, et cela est bien triste, certains de ces mots anciens ou rares ne sont utilisés nulle part sur la toile. Du coup, quand un étudiant ou un curieux tapait ce mot dans son moteur de recherche favori après l'avoir croisé dans un obscur grimoire, le pauvre ne tombait que sur une ou deux entrées et était redirigé vers ce lieu, où il n'apprenait pas grand chose de plus sur cette locution.
Tout ce qu'il avait à se mettre sous la dent était que rien ne s'était passé dans ma journée.
A noter que au tout début je prenais un mot au hasard dans le dictionnaire ou dans un livre à portée. Par la suite j'ai commencé à mettre des "jolis mots", tant par leurs sonorités que leurs significations. Puis j'ai fouillé le Littré afin de ne choisir que des mots rares, voyant que cela faisait parler les visiteurs. Et en plus cela me faisait plaisir de dépoussiérer ces jolis mots.
 
En tout cas je remercie une fois de plus les commentateurs, j'ai passé une très bonne année grâce à vous. J'aurais aimé être plus présent.
En particulier Messieurs et Dames Jeannot, Boutiali, Valérie et ses Variations, Steph, Blonde, Lyre, Gino, MadamedeKeravel, Prunus Amygdalus, Le Syndicat des Commentateurs, Sandra, M. Spock, Chti gars, Litanie, Feuille Devigne, Darjee, LylouvePouetPouet, Phène et Christophe Moreau
Désolé d'avance si j'en oublie parmi les commentateurs réguliers et si je n'ai pas mis tous les liens vers vos propres journaux. Un petit message et j'y remédierai, si vous le désirez.
 
Je vais laisser ce journal ouvert à tous vents, même si je ne rajouterai plus d'entrées. Vous pourrez continuer à venir y déposer vos messages, en réaction à de vieux anciens mots ou d'anciens commentaires toujours d'actualité.
J'y passerai moi aussi régulièrement et y laisserai certainement certains commentaires, historiettes et souvenirs.
 
En attendant Songecreux n'en restera pas là, je pense. Je vais essayer de trouver une autre connerie dans le genre.
Et peut-être me retrouverez-vous un beau jour sur la toile, sur une page ou un site qui, normalement, ne devrait avoir aucun intérêt…
 
 
 
Bien à vous,
 
Bonne route
 
Songecreux
 
 
 
Ps. Si vraiment ce journal vous manque de trop, recommencez au début! Le contenu de mes folles pérégrinations ne devrait pas trop vous dépayser…
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 00:00

Rien de spécial aujourd'hui...

 

 

  

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2006 3 22 /11 /novembre /2006 00:01

Rien à dire...

 

 

  

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 00:11

Je ne trouve rien de bien intéressant à vous dire sur ma journée...

 

 

  

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 00:21

Une journée vraiment sans aucun intérêt...  

 

 

  

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 11:22

Rien...

 

 

  

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 00:24

Je ne sais pas. Je me demande si... Mais non, rien...  

 

 

  

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 00:30

Bof, rien de bien palpitant en ce jour...

 

 

  

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 00:29

Une journée comme les autres...  

 

 

  

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 11:28

Rien de bien palpitant à raconter en ce jour...

 

 

  

Partager cet article

Repost0